Les principales différences entre la couverture santé en France et aux Etats-Unis

Publié le : 03 février 20224 mins de lecture

Les systèmes de santé français et américain sont confrontés à des crises d’une ampleur sans précédent. Les deux pays possèdent des populations âgées importantes et croissantes qui menacent d’accélérer le rythme de la santé.

Les prix des soins augmentent encore plus que leurs taux déjà supérieurs à l’inflation. Des observateurs dans les deux pays craignent que les dépenses pour des traitements médicaux et des technologies de plus en plus coûteux. Zoom sur les principales différences entre la couverture santé en France et aux Etats-Unis.

Les primes d’assurance santé aux Etats-Unis

Des comparaisons simples avec les dépenses américaines sont difficiles en raison du large éventail de régimes d’assurance dont les primes varient considérablement selon la taille de l’entreprise. Aussi, la santé aux États-Unis l’assurance n’est pas tarifée en pourcentage des salaires, comme dans le cas français, mais en primes fixes en dollars.

Un grand employeur, tel que l’État de l’Arizona, qui offre une couverture qui se rapproche du français assurance médicale, verse 9 348 $ par an pour chaque inscrit avec personnes à charge et laisse 1 704 $ par an au salarié. Ainsi, pour une personne à revenu modéré (40 000 $ par année), les frais médicaux les coûts d’assurance sont significativement plus élevés que dans le cas français, environ 27% du montant brut salaires.

Les primes d’assurance santé en France

En France, les primes d’assurance sont versées à l’un des nombreux fonds d’assurance parapublics administrée conjointement par les représentants des employeurs et des employés. Ces fonds d’assurance négocient des grilles tarifaires nationales avec les principales associations de médecins français.

Ce sont les conventions, comme on les appelle, qui sont à la base de la rémunération des médecins. Bien que plus de 25 % des médecins français pratiquent des honoraires supérieurs aux tarifs conventionnés, le remboursement de leurs patients habituellement 70 % des dépenses en soins ambulatoires y sont liées.

Ainsi, comme aux États-Unis, où le secteur privé les assureurs et l’assurance-maladie utilisent des barèmes de frais « normaux et habituels » pour déterminer les paiements aux médecins, les honoraires des médecins français sont finalement contraints par la volonté de payer des assureurs.

Similitudes : l’idéal de la médecine privée

Comme aux États-Unis, les médecins autonomes dominent les soins de santé ambulatoires en France. Les patients ont le choix du médecin, accès direct aux spécialistes, paiement des honoraires par le patient (avec remboursement), la liberté de diagnostic et de prescription des médecins, la rémunération à l’acte et le très haut niveau de confidentialité médicale restent des caractéristiques bien ancrées de la médecine française.

Aussi, comme aux États-Unis, les travailleurs français et leurs employeurs paient l’essentiel de leurs soins médicaux par des primes assises sur les salaires bruts. Les employeurs français et leurs employés versent des salaires des prélèvements d’environ 20 % ; les employeurs cotisent 13 % et les travailleurs 7 %.

Plan du site